L’allaitement long : les choses à savoir

Allaitement maternel long

En France, on parle d’allaitement long lorsque cette période dépasse les 6 mois du bébé. Recommandé par l’OMS et le Ministère de la Santé, ses bienfaits sont aujourd’hui reconnus, notamment en ce qui concerne la réduction des risques de cancers du sein. Néanmoins, les mamans qui font ce choix sont souvent exposées aux critiques et aux questionnements de leur entourage. Faisons le point sur cette pratique aussi en vogue que controversée. 

Quand parler d’allaitement long ? 

Un allaitement est considéré comme long à partir du moment où il dépasse les 6 mois de l’enfant. À cet âge, la diversification alimentaire commence mais le lait maternel reste l’aliment de base. 

Le sevrage naturel se fait généralement entre 12 et 24 mois. Les raisons peuvent être multiples et sont propres à chacun (reprise du travail, nouvelle grossesse, etc.). L’enfant se désintéresse progressivement du sein et le sevrage se fait tout seul, naturellement.

Pourquoi allaiter au-delà de 6 mois ? 

Les avantages de l’allaitement sont nombreux pour la maman et pour l’enfant. Lorsque cette période se prolonge, les bénéfices sont considérables

  • Cela diminue les risques de cancers maternels et infantiles.
  • La composition du lait s’adapte aux besoins de l’enfant (fortes chaleurs, déshydratation, maladies infantiles, pics de croissance, etc.).
  • Téter le sein apaise l’enfant en cas d’angoisse ou de tristesse.

Malgré tout, allaiter au-delà de 6 mois n’est pas dans la norme de notre société. L’entourage se permet souvent des remarques intrusives sur ce choix qui ne regarde que la mère et son enfant. Pourtant, les études sont formelles : le lait maternel est le meilleur aliment possible pour un enfant en bas-âge. 

Pour plus d’informations, n’hésitez pas à vous rendre sur les sites de l’Organisation Mondiale de la Santé et de La Leche Ligue.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *